Laisser un commentaire

Inde, sur les traces des Moghols

imgp2607.JPG imgp2680.JPG

Afin de me pencher au mieux sur la civilisation moghole, il me fallait être bien armé. Difficile pour moi de voyager à dos de chameau ou d’éléphant. J’ai donc opté pour la célèbre Ambassador pour mon périple.

C’est en Afghanistan que débuta l’histoire des Moghols. D’après la légende, Babur, le premier grand Moghol, fut séduit par les histoires de sa grand-mère. Elle n’avait cesse de lui conter des histoires sur l’Inde et son opulence. Adulte, Babur décida de partir à la conquête de ce pays. La première grande victoire des Moghols fut celle de Panipat (à quelques kilomètres de Delhi). Comme ses successeurs, Babur y fit preuve d’un remarquable sens de la stratégie. Il réussit à vaincre les 80 000 cavailers rajputs et leurs 500 éléphants armés (les tanks de l’époque). Babur choisissa Agra comme nouvelle capitale. En 1530, Humayun succéda à son père. Il éprouva des difficultés à consolider l’Empire. Sa consommation d’opium ne facilita sans doute pas les choses. Il connut une fin tragique. Il tomba en effet dans les escaliers de sa bibliothèque à Delhi en 1556. Son conseil cacha sa disparition pendant 17 jours afin de gérer au mieux la succession. Dans l’histoire de l’Empire Moghol, les successions engendrèrent de nombreuses guerres. Humayun fut enterré à Delhi. Sa superbe tombe inspira plus tard l’architecte du Taj Mahal.

imgp2465.JPG

C’est Akbar qui succeda à son père en 1556. Il fut le plus grand des Moghols. Illétré (sans doute dyslexique), il fut réputé pour sa grande culture et son ouverture d’esprit. Il fit toujours preuve d’une grande tolérance religieuse. Les différentes religions étaient mises au même niveau dans son empire. Akbar fut aussi un très grand stratège militaire. Sa nouvelle forteresse à Agra est un superbe exemple d’architecture militaire. Elle dispose d’un double rideau de protection. Une première douve est remplie d’eau. La seconde disposait de bêtes féroces. Si jamais d’éventuels envahisseurs parvenaient à franchir les portes de la forteresse, un long couloir (environ 100 m), en pente, les attendait. Au sommet, Akbar et ses gardes, n’avaient qu’à faire degringoler de gigantesques rochers.

imgp2541.JPG

Tout allait donc bien pour Akbar, ou presque… En effet, comme beaucoup d’autres rois & empereurs, Akbar fut confronté à un problème de succession. Akbar ne réussissait pas à avoir d’enfants. Un saint Sufi l’aida à travers ses prières. Le saint n’accepta jamais les cadeaux de remerciement de l’empereur. Il refusa également de vivre à la forteresse impériale de Agra. En conséquence, Akbar décida de créer une nouvelle cité impériale dans le village du saint. Voici l’origine de la cité impériale de Fatehpur Sikri.

Cette nouvelle ville est tout simplement exceptionnelle. Akbar y disposait bien sûr d’un palais particulier. Ses trois femmes avaient également le leur (une épouse hindoue, une épouse musulmane et une épouse chrétienne). L’épouse hindoue disposait du plus grand palais puisque c’est elle qui donna à Akbar le fils tant désiré. Le palais du parlement où siégeaient Akbar et ses neuf ministres est très impressionnant. C’est dans ce dernier que l’on peut admirer le superbe pilier symbolisant les différentes religions. Le fameux palais du vent avec ses cinq étages est tout aussi remarquable. Il fut construit pour que l’empereur et ses proches puissent profiter d’un peu de fraîcheur. Mais, la construction la plus impressionnante est sans doute le portail de la victoire. Il culmine  à 54 mètres. Il serait le plus grand d’Asie. Fatehpur Sikri était une cité exceptionnelle. Pourtant, Akbar en profita peu. En effet, après quinze ans seulement, la nouvelle ville fut complètement abandonnée en raison d’un manque d’eau potable. Retour à la case Agra.

imgp2581.JPGimgp2586.JPG

imgp2561.JPG

Jahangir, le fils de Akbar, prit les commandes de l’Empire Moghol en 1605. Il ne laissa pas une grande empreinte dans la dynastie Moghole.

Son fils Shah Jahan (1628-1658) nous laissa quant à lui un monument exceptionnel : Le Taj Mahal. C’est un gigantesque tombeau construit pour Mumtaz Mahal. L’épouse chérie de Shah Jahan mourut le 17 juin 1631 en donnant naissance à son quatorzième enfant. Pour cette construction, Shah Jahan lança un grand concours d’architecture. La légende dit que Shah Jahan tua l’épouse de l’architecte pour que celui ci comprenne son chagrin. Shah Jahan modernisa la forteresse d’Agra. Depuis cette dernière, tous les jours, il pouvait admirer le Taj Mahal.  Après avoir été fait prisonnier par son propre fils : Aurangzeb, Shah Jahn fut enterré aux côtés de son épouse dans la crypte du Taj Mahal. Si Aurangzeb fut un grand stratège comme ses ainés, il perdit la dimension de tolérance si chère à Akbar. Ceci constitua une part non négligeable dans le déclin de l’Empire Moghol.

imgp2528.JPG

Laisser un commentaire